FATIMA GUERROUT

Les premiers pas de Fatima Guerrout se feront chez Christian Lacroix mais c’est véritablement au sein de la Maison John Galliano, qu’elle emprunte sa voie, celle de la rigueur et de la Haute Couture. Fatima, originaire d’Alsace, se souvient et parle encore de cette expérience, de ce cadeau, comme celui qui lui a donné l’opportunité et les outils nécessaires afin de s’épanouir en s’associant à sa sœur Berkahem, afin de créer leur marque en 2000.

L’univers de Fatima est celui du rêve, où les robes légères et féminines, rendent hommage à l’un de ses modèles, Madeleine Vionnet, reine de la technique en biais que Fatima découvrira et en apprendra les rouages pour la maîtriser lors de son passage chez Galliano, Dior et Givenchy.

Portrait Fatima Guerrout

1. En tant que créatrice de mode, quels sont tes débuts dans la Mode ? 

J’ai commencé ma carrière en faisant un stage de six mois chez John Galliano. J’y ai découvert un prêt-à-porter de luxe, qui au niveau de la qualité, était de la Haute Couture puisque la confection d’une robe pouvait prendre jusqu’à deux semaines. En tant que Maison anglaise, on nous donnait la possibilité de nous exprimer. On me faisait confiance et j’avais cette liberté d’apprendre. NDLR (liberté d’apprendre, qui aujourd’hui fait de plus en plus défaut au sein des grandes Maisons.)

2.Tes premières inspirations ? 

J’ai toujours aimé la Mode mais je ne pensais pas que j’en ferais mon métier. Déjà petite fille, J’aimais le cinéma des années 50, puis, mes parents m’ont acheté une petite machine à coudre, avec laquelle je confectionnait des habits pour mes poupées et des robes pour mes copines. Mais je le faisais pour le plaisir, comme hobby car j’aimais bricoler, la photo, et l’architecture. Le stylisme n’était pas une évidence pour moi, contrairement à ma sœur, qui avait capté que l’architecture, voie vers laquelle j’ai failli me tourner, me correspondait moins que le stylisme.

3. Quelle est l’identité de la marque Fatima Guerrout ? 

L’identité de la femme Fatima Guerrout est celle d’une femme qui s’assume, qui s’assume avec délicatesse et qui expose son côté naturel et féminin. Elle sait être glamour et moderne sans jamais être « bling bling. » Notre marque se situe entre la Haute Couture et le prêt-à-porter de luxe, et c’est pour cette raison, que nous créons des produits uniques, abordables et durables. Je ne supporte pas le gaspillage. Alors oui, on est dans la mode et donc nous devons faire du chiffre mais ce n’est pas l’intérêt principal. J’ai une conscience, d’où le 100 % « Made in France. »

4. Comment assures-tu le 100 % Made in France ? 

Les prototypes sont fabriqués à Paris dans notre atelier et la production se fait en France dans les ateliers spécialisés dans le luxe. Nous faisons aussi du sur-mesures pour des clientes privées. De cette façon, nous gardons un total contrôle sur la qualité car j’ai toujours été très exigeante, et mon éducation ainsi que ma formation, m’ont appris la rigueur. Chez Galliano, tout était impeccable et c’est ça le luxe!

Fatima Guerrout, Luxe, Couture et Mode

5. À qui t’adresses-tu lorsque tu crées ? 

Je crée pour toutes les femmes. C’est vrai qu’il faut définir une cible, et celle-ci serait les femmes entre 30 et 40 ans mais au final, je crée pour toutes les femmes car je ne veux pas faire comme tout le monde et me cantonner, j’ai également des clientes de 15 ans et de 60 ans.

6. La petite robe noire est en quelque sorte ton modèle. Pourquoi ? 

À la base, je suis très robe. Je me suis toujours habillée en robe mais ma sœur me communiquait qu’il fallait aussi faire d’autres pièces parce que la femme moderne devait aussi avoir des tailleurs, par exemple, dans sa garde robe mais personnellement, je préfère depuis toujours la robe, qui a un petit côté chic, très parisien.

7. Comment choisis-tu les couleurs et les matières lors de chaque nouvelle Collection ? 

Nous proposons deux Collections dans l’année et en moyenne elles sont constituées de 20 à 25 modèles. On ne suit pas toujours les tendances, c’est plus en fonction de mon inspiration ; tirée de mon quotidien, du cinéma, des voyages et de la nature. C’est spontané car j’ai une idée de base mais qui évolue. Les couleurs sont présélectionnées, et on propose toujours une plus large gamme aux boutiques. Pour le choix des matières, j’ai une préférence pour le tulle de soie, et des matières légères, vaporeuses, comme la dentelle de Chantilly, le cachemire et le crêpe de laine, et le double crêpe de laine ainsi que des dentelles plus épaisses pour l’hiver. NLDR (Fatima choisit toujours des matières agréables à porter et qui tiennent toute la vie. Quant aux couleurs, elle s’adapte car elle estime que chaque pays a sa propre culture. Leurs ventes se font en Italie et en France, où elles ont obtenu leurs premiers succès mais aussi au Japon, en Australie, aux Etats-Unis et en Suisse.)

Fatima Guerrout, Luxe, Couture et Mode Fatima Guerrout, Luxe, Couture et Mode Fatima Guerrout, Luxe, Couture et Mode

8. Y a-t-il un évènement fort qui a marqué l’évolution de ta marque? 

Non, pas particulièrement. Je dirais que lorsqu’on crée une marque, surtout lorsqu’on est jeunes, on ne sait pas comment va se traduire la marque. C’est en faisant plusieurs Collections qu’on évolue, que la marque évolue. Maintenant, c’est comme une évidence. On grandit, on est moins frivoles, on commence à reconnaître la marque, les gens s’habituent.

9. L’environnement et l’éthique. En tiens-tu compte  ? 

On a toujours fait du « Made in France », et nous créons par petites Collections. On n’a jamais fait beaucoup de défilés car cela représente un grand gaspillage et surtout on crée des pièces qui durent toute une vie. On fait du durable!

10. Que penses-tu du fast-fashion ? 

Je suis contre la surabondance de l’offre actuelle. Les marques font des Collections chaque mois pour forcer les clients à acheter plus. Ce n’était pas comme ça avant, et c’est de pire en pis mais je pense que ça change car les gens en ont marre. Je préfère le fonctionnement de l’époque, où l’on savait proposer des produits moins chers mais de qualité supérieure.

11. Dans ton quotidien, adoptes-tu une attitude « green » ? 

J’essaie. Je ne suis pas bio à 100 % mais je fais de mon mieux. Je n’achète pas des tonnes de vêtements, je fais attention quand je fais des achats mais je sais que je pourrais en faire plus.

12. La notion de « transparence » est essentielle dans la vision de nudeismycolor. Est-ce que ce concept a une valeur pour toi, et s’applique-t-il à ta marque ? 

Il correspond parfaitement à Fatima Guerrout, à notre marque, qui se complète avec ton site nudeismycolor. Tout est dit dans le mot : nude. Il s’agit d’une simplicité, naturelle et retranscrite chez notre marque puisque nous n’avons rien à cacher. La transparence est une nécessité. De plus, le nude est une couleur très glamour, qu’on aime et savons utiliser.

Fatima Guerrout, Luxe, Couture et Mode

13. La suite ? 

La Collection d’hiver sortira en octobre mais je ne peux pas trop en parler mais je peux te dire qu’il y aura beaucoup de tailleurs car c’est une demande qui augmente même si on est très connues pour nos robes. Sinon, j’aimerais préciser que nous cherchons à faire évoluer la Haute Couture, c’est à dire, renouveler le concept. Ainsi, nous proposons un produit entre la Haute Couture et le prêt-à-porter. Plus luxe, il aura le prestige mais sera tout de même accessible. On offre un produit unique et exceptionnel.

Fatima Guerrout, Luxe, Couture et Mode

Boutique en ligne : www.fatimaguerrout.com