ETYKA

          Quand les cosmétiques rencontrent l’éthique. Si on entend de plus en plus parler de cosmétiques bio, de produits naturels et éthiques, on ne sait pourtant pas lesquels choisir. Personnellement, je crains le greenwashing mais Laëtitia Berthoud, Fondatrice de la marque Etyka, nous propose un concept « slow-life » intéressant.

Les Box Etyka, bientôt certifiés B Corp, sont composés de produits cosmétiques et de bien-être, qui répondent à des critères exigeants en matière de compatibilité et de transparence, puisque cette certification est accordée aux entreprises qui se fixent des objectifs extra-financiers sociaux et environnementaux.

Capture_d_e_cran_2016-03-16_a_09_30_

La marque Suisse Etyka, nous offre la possibilité de devenir co-créateurs d’un monde meilleur puisqu’à l’achat d’une box, on se fait du bien mais on soutien aussi une fondation liée au développement de la planète et à la défense des animaux. Elle prône une nouvelle façon de consommer, une contre-culture qui s’oppose au « fast living. »

1.Comment as-tu eu l’idée d’une Beautybox éthique ? J’ai vu une vidéo sur la maltraitance des animaux qui m’a mise en colère et j’ai donc souhaité transformer ces pensées négatives, en positives. Allier la cause animale, qui me tenait à cœur à mon travail. La box est un business modèle récurrent puisque le gens peuvent s’abonner sur le long terme. Je ne voulais pas qu’Etyka soit axée exclusivement au produit mais que les gens puissent devenir des conso-acteurs.

Capture_d_e_cran_2016-03-16_a_09_30_ (1)

2.Quel est l’avantage d’Etkya par rapport aux marques cosmétiques traditionnelles ? Les clientes veulent désormais donner du sens à leurs achats. Il y a un côté déculpabilisant en choisissant d’aller vers des marques plus indépendantes.

3.Est-ce que tu penses que le développement durable est un effet de mode ? Non, c’est devenu une nécessité et les constats sont concrets. La déforestation et l’élevage des animaux sont les principaux responsables des émissions de gaz à effets de serre. Être omnivore par exemple, représente plus de pollution qu’avoir un 4×4 ou être végétarien, représente 3 fois moins d’émissions de gaz à effets de serre. Mon plus grand rêve est qu’on ne parle même plus de développement durable, que ce soit une évidence, intégrée dans les mœurs.

Lauriane_Etyka_PhPache2015__6940 (2)

4.Développement durable & éthique: Qu’est ce qui différencie ces deux concepts? L’éthique c’est pour moi, la protection animale par exemple. Alors que le développement durable, c’est la préservation de la planète, alliant des consciences responsables à leurs gestes quotidiens.

5.De quelle manière assures-tu que les box ne polluent pas ? En attendant notre certification B CORP, je travaille avec des label comme FSC (Forest Stewardship Council) ; cette certification s’assure que les matériaux utilisés pour la fabrication des box, soient recyclés et que l’encre soit minérale. De plus, je travaille avec des labels comme ECOCERT ou le Cruelty Free de PETA.

Capture_d_e_cran_2016-03-16_a_09_30_ (2)

6.Est-ce que les produits dans la Beautybox Etyka sont tous de produits « luxe » ? Il ne faut pas que les gens s’attendent à y découvrir du Chanel puisqu’il s’agit d’un nouveau luxe. Je m’associe avec des marques de créateurs, qui produisent en faibles quantités, comme Patyka ou PhilippeK (Un producteur de bougies et haute parfumerie situé à Lausanne.

Par ailleurs, Etkya sera bientôt partenaire de la nouvelle marque engagée Cha ling, faisant partie du groupe LVMH et ayant Cécile Lochard comme directrice de communication) NDLR

7.L’anecdote ? Si c’était difficile socialement d’être végétarienne quand j’étais enfant, aujourd’hui, les choses ont évolué et on peut dire que c’est à la mode. J’en profite d’une manière positive afin de promouvoir des valeurs qui me tiennent à cœur, à savoir la protection des animaux.

8.Le mot final ? « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde » Gandhi

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *